Navigation Menu+

Alouette des champs n°1

Publier dans Peinture d'oiseaux

Je n’aime pas me percher et ne quitte le sol que pour de longs vols, très haut dans les airs.

On me rencontre sur les terres cultivées, les landes rases, les friches.

J’émets au moins 3 types de chant pendant la période de reproduction : le premier (des « tire-lire » éclatants) lorsque je survole mon territoire ; le deuxième au sol, pendant la parade nuptiale ; le dernier, enfin, lorsque nous nous poursuivons.

La façon de séduire du mâle est curieuse : il tourne le dos à sa future en battant des ailes ! Si cela ne la trouble pas, il peut aussi bondir sur place, tête dressée et bec levé, mais face à elle cette fois.

Pour montrer qu’elle accepte l’invitation, la fiancée s’approche, le corps tendu horizontalement, la queue dressée, les ailes pendantes et tremblantes.

Son partenaire lui caresse alors le dos avec une de ses ailes et lui saute dessus en se maintenant en équilibre par des battements d’ailes.

Puis la femelle se dépêche de construire le nid.

La ponte a lieu 3 ou 4 jours après l’accouplement.

A la naissance, les petites alouettes des champs sont aveugles.

o 9 25 al dc 1

TYPE : Acrylique

FORMAT : 61 cm x 46 cm

Peinture n°25

2 Commentaires

  1. Quant a la presence de dialectes, c’est parce que l’alouette appartient a la grande famille des passereaux, des oiseaux qui apprennent, et dont le langage n’est pas fixe genetiquement a la naissance, comme les tourterelles par exemple qui produisent le meme

  2. Du cote des enfants, c’est de la sympathie qui semble apparaitre pour l’oiseau ; David Solkin suggere que le sujet de la peinture est aussi le detachement du public par rapport aux evolutions de la science.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.